AbigaelDifficile de décrire en quelques mots ce roman.

De fait je vous mets  pour commencer le quatrième de couverture histoire de vous allécher un peu : Incapable de dormir depuis des années et terrorisée par sa chambre infestée d'horreurs, Abigaël , une petit fille de huit ans, résiste. Défiant ses peurs, elle décide de partir à la recherche du sommeil pour le ramener avec elle et goûter enfin au repos. Mais derrière la porte, c'est un univers bien angoissant qui l'attend... Un monde étrange et effrayant , peuplé de prédateurs aux aguets.
Durant sa quête du sommeil, elle devra tout tenter pour rester en vie ...

J'en reviens à mon problème initial : comment classifier le roman d'Alexandra Ourse jeune auteur bordelaise ? Et bien en ne le classant pas tout simplement. C'est une quête, mais également un conte, un voyage initiatique, fantastique  aux confins du merveilleux et également de l'horreur couplé même parfois  à la violence. C'est surtout un superbe poéme onirique. Alors certes ce n'est pas une chanson de geste écrite en vers, mais la poésie et la musicalité des mots sont bien présentes tout au long de l'ouvrage. Je ne veux pas vous dévoiler le livre, mais il y a une succession de passages crus renforcés par l'âge de l'héroîne mais également de douceur , voir de bonheur. C'est un vrai régal à lire.
Dès les premières pages évidemment on ne peut s'empêcher de penser à Alice mais très vite on se rend compte que c'est un ouvrage avec une identité propre.
J'ai mis du temps à lire ce roman parce que je ne voulais pas le finir trop vite. J'ai du mettre une semaine à me résoudre à lire le dernier chapitre.... Chaque chapitre de cet ouvrage m'évoque un tableau , c'est vraiment très visuel comme écriture; sans compter évidemment la richesse des mots, leur musicalité (j'y tiens) , l'érudition subtile qui permet de se rendre compte par touches subtiles du travail et de la culture de l'auteur derrière son livre. C'est impressionnant.

Alors je ne suis pas objectif ? Peut être , et seuls les locaux qui me liront pourront comprendre cette question. Pour les autres sachez que pour un premier roman il y a une maitrise , une dextérité dans l'écriture, dans le maniement des mots, les images que ces derniers font surgir dans votre imaginaire qui font qu'il faut à tout prix découvrir ce beau roman. Alors certes dans ce blog  vous savez que je ne porte pas vraiment les critiques dans mon coeur, et pourtant paradoxalement c'est ce que je fais en chroniquant ce livre. En fait je parle que de ce que j'aime , et par exemple ne comptez pas me voir évoquer le bouquin de l'odieux connard ... voilà quoi faut savoir choisir son format. Alexandra Ourse a aussi un blog, Poussin chat. Très différent dans son approche cela permet de découvrir une autre facette de l'auteur.

Maintenant je vais faire décourir ce livre à mon adolescente de fille afin de voir comment avec ses yeux de jeune fille elle appréhende le roman. Pour les autres, filez de ce pas vers la librairie la plus proche, non mais. Les enseignes marron et bleue la distribuent notamment.

Pour les bordelais , Alexandra est en dédicace samedi 23 juin au bistrot des Anges ; vous en saurez un peu plus en la suivant sur sa page facebook : https://www.facebook.com/Abigaelsanssommeil/ D'ailleurs en vous mettant le lien je viens de me rendre compte qu'il y a une autre chronique de son livre réalisée par Nathalie Zema. Je ne l'ai pas lue avant d'écrire ces quelques lignes; mais connaissant la qualité des critques de Nathalie je vous engage à la parcourir également.