La suite de Marcof le Malouin dont je vous avais parlé ici.Marcof_le_malouin_grand_roman

Ca y est , la révolution est en Bretagne ; les bleus affrontent les chouans. Au milieu des combats , on assiste aux aventures de Marcof, Keinec, Yvonne  , le marquis évidemment mais également des méchants détestables comme Carrier (historique), Pinard,  etc.
Complot, combats épiques, beaux sentiments, multiples rebondissements font de ce livres un vrai morceau de plaisir avec des mots dedans. Dans la digne lignée du tome 1 écrit par Capendu deux ans avant. Cet auteur mort à 42 ans, est vraiment de la veine d'un Dumas. Sa tombe semble réduite à une simple planche au Père Lachaise (d'après wikipédia) mais il mérite qu'on lui rende hommage.

Alors certes le livre est pro chouan, pro royaliste face aux méchants révolutionnaires qui ne semblent vouloir que piller, guillotiner à tout de bras et faire main basse sur les trésors de l'aristrocatie française. Il faut remettre le livre dans le contexte d'un auteur du XIX siècle mais également accepter de se plonger dans cette Bretagne qui ne comprend pas que l'on vienne révolutionner sa culture, sa foi et son ordre ancestral. Toutefois quand on lit les notes de l'auteur en fin de livre on se rend compte que les massacres nantais répertoriés dans ce livre s'appuient sur des textes et des faits historiques. Cela permet de prendre un peu de recul et de mettre en perspective ces années 1790.

Et puis, et même surtout il y a le style. Quand vous sortez d'une journée où les journalistes tv , radio , presse écrite même pour certains, emploient une gamme très limitée de mots, de plus en plus argotique, cela fait du bien de se replonger dans la richesse de la langue française,. Je ne fais pas mon vieux prof réac en écrivant cela, d'abord parce que je ne suis pas prof et parce que je pense qu'effectivement une langue doit évoluer comme le disait si bien D'Ormesson. Cependant si elle peut éviter de s'abatardiser c'est bien. Bref je reconnais que j'aime la magie de mots et la "musique" qui en découle. Et la musique de Capendu est un plaisir à lire , et même si son écriture peut paraître désormais un peu désuète.

Donc , vous savez que je chronique jamais les livres que je n'aime pas (pas le talent d'écire moi même) ; donc forcément je vais vous conseiller de lire les deux tomes qui vous feront voyager , et même vous donneront envie d'aller faire un tour sur les terres bretonnes.
Attention, en occasion le libre n'est pas donné si vous voulez une vieille édition mais il se trouve en poche et en version numérique gratuite (projet gutemberg notamment).